Ode à la culture générale

culture générale

J’aimerais poursuivre ici une chimère, entamer une de ces quêtes qui semblent impossibles sans une bonne dose de naïveté. Pour autant, il ne s’agit en aucun cas d’une utopie, plutôt un de ces combats que la majorité considère d’arrière-garde posant dessus le voile rédhibitoire des causes inutiles.
J’aimerais faire l’éloge de la Culture Générale, cette matière désuète pour beaucoup d’étudiants, ennuyeuse pour un grand nombre et trop souvent cantonnée à une épreuve d’admission ou de concours.

Pourtant, la culture générale est ce qui différencie le consommateur du citoyen. Une ligne ténue distinguant l’instant de l’éternité. Le lien entre le particulier et le général, nous permettant de donner du sens, de relier des informations et des perceptions disparates pour former un ensemble que nous pouvons analyser et influencer. La culture générale c’est le patrimoine de l’humanité, une politesse intellectuelle que nous faisons aux autres en prenant la peine de dépasser le cycle primitif action-réaction, pour passer outre nos fonctions primaires et entrer dans la civilisation.

La culture générale c’est passer de la loi du Talion à une justice éclairée débarrassée de la soif de vengeance. C’est faire honneur aux citoyens du monde qui nous ont précédés en reconnaissant leur expérience, en s’appuyant dessus pour porter l’humanité plus loin sans retomber dans les erreurs passées. La culture générale, c’est faire gagner du temps au genre humain et porter un peu plus loin son génie.

La culture générale c’est le dictionnaire de l’homme, un outil fabuleux pour relier entre elles des notions disparates, les agréger, les analyser, les contester et les réinventer pour offrir aux autres et à soi des solutions nouvelles. Ce n’est pas une succession de dates, de nom ou de définitions pour en mettre plein la vue. Bien au contraire, la culture c’est l’arbre généalogique de la pensée humaine. Pour donner vie à de nouvelles idées, nous devons connaître celles qui nous ont précédées. Il n’y a que peu de génies ex nihilo, la plupart le sont en catalysant les idées en suspens dans une société. Pour cela, ils se doivent d’être cultivés… et intelligents. Car les deux vont de paire et grandissent ensemble.

La culture générale est moins une question de mémoire que de curiosité. Elle n’est pas l’apanage d’une classe sociale, ni d’une génération. C’est le bien de tous et elle touche à tout. C’est une dame éclectique qui s’enflamme pour la politique comme pour la botanique, qui aime Mozart et adore NTM ! Elle est bien loin des clichés auxquels certains esprits étroits aimeraient la réduire.

La culture générale, c’est la richesse immatérielle que nous pouvons faire fructifier tout au long de notre vie, juste pour le plaisir d’utiliser le fabuleux cadeau que la nature nous a offert : notre cerveau. Alors commence la quête vers la connaissance. Ce sont de grands mots, mais pas des gros mots. Il n’y a pas de honte à vouloir comprendre et savoir. Je regrette d’ailleurs qu’il devienne de plus en plus fréquent qu’un étudiant cache ses connaissances de peur d’être ostracisé. Soyons fier d’être curieux, de se savoir inculte pour toujours avoir soif d’apprendre.

Je sais que je ne sais rien… mais cela ne m’effraie pas, car il me suffit d’ouvrir un livre, de parler avec un passant, de cliquer sur un lien pour commencer à apprendre…

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Current ye@r *